De la Romance pour adultes?

Tout comme je me suis lancé le défi, il y a quelques mois, d'écrire une histoire de vampire (c'est l'une de chez l'Imaginarius http://limaginarius.wifeo.com/histoires-de-vampires-editions-de-l-imaginarius-avril-2013.php), je me suis fixé comme nouveau "challenge" d'écrire une romance. Et histoire de me compliquer l'existence, une romance gay.

Du coup, je suis allée en lire quelques échantillons, aussi bien de ce que l'on semble appeler aux pays anglo-saxons les "romances M/M" (écrites par des femmes et pour des femmes) que des "gay romance" (écrites par des hommes homosexuels pour des hommes homosexuels). Au passage, vous remarquerez que les histoires d'amour entre femmes, ça n'a pas l'air d'intéresser grand-monde.

Et ben, je ne peux dire qu'une chose: j'aimerais bien que les romances hétéros soient du même niveau. Peut-être même que je pourrais en lire. Oui, je sais, les romances, ça relève du fantasme, c'est très codifié, il ne faut pas y toucher et surtout pas en dire du mal, mais tout de même, pourquoi dans les romances gay, les deux protagonistes:

- Sont des adultes exerçant chacun un métier de façon compétente, prenant des décisions de façon autonome, sans être obsédés par : leur apparence, le qu'en dira-t-on (sauf préjugés anti-gays), et l'opinion de leur tante?

- Ont un niveau d'intelligence égal ou supérieur à la moyenne, voire de l'humour?

- Ont une psychologie crédible et non stéréotypée? (Oui, vous vous dites que dans la même situation, vous pourriez effectivement avoir la même réaction).

- Arrivent à vivre en célibataire sans se lamenter sur le fait de ne pas avoir de conjoint?

- Arrivent à raisonner de façon à peu près rationnelle en présence de l'objet de leur flamme?

- Ont des rapports de domination beaucoup plus subtils et complexes que dans les romances hétérosexuelles? (OK, il y a peut-être une section de romans sadomaso que j'ai zappée).

Bref, des histoire qu'un adulte peut lire. Les seules auteures de romance hétéro qui se rapprochent parfois de ce modèle sont Jayne Ann Krentz et Ilona Andrews et cela, dans des romans qui ne sont pas traduits en français, ce qui en dit long sur les goûts réels ou supposés des lectrices hexagonales en matière de romance...

Pourquoi une telle différence de traitement, alors qu'officiellement les hommes et les femmes sont "pareils"? Je suppose que c'est un genre qui n'a pas encore eu le temps de développer ses propres stéréotypes. Peut-être même que les auteurs, ayant eux-mêmes des idées très affirmées sur les "gay rights" ont mis un point d'honneur à représenter des personnages "comme tout le monde", voire qu'on trouve sympa.


Écrire commentaire

Commentaires : 0