Caractérisation: "bagage émotionnel"

On m'a reproché dans "La Chasseuse de livres" d'avoir un personnage principal un peu plat. Effectivement, Cassandra est une jeune fille de bonne famille, bien intégrée dans la société et n'est confrontée au début de l'histoire qu'aux problèmes des gens de son âge: s'affirmer en tant qu'individu, passer ses exams, trouver un job, clarifier ses relations amoureuses etc... Elle n'a aucune raison d'avoir un caractère un tant soit peu inhabituel. C'est la fille ordinaire à qui il arrive des trucs extraordinaires, un peu comme Frodo et la multitude de lycéennes bourgeoises qui se découvrent un don ou un petit ami spécial dans les romans d'urban fantasy.

Alors comment avoir un héros avec une personnalité intéressante? La solution la plus facile, celle choisie par nombre d'auteurs, est de lui coller un passé compliqué et douloureux, le même (massacre, viol, exclusion) pour la plupart. Rares sont ceux qui ont osé mettre un handicap, même "léger" à leur protagoniste et également rares ceux qui ont pensé à de "simples" accident ou catastrophes naturelles. Du coup, on se retrouve encore une fois devant une collection de clichés. Le héros n'y gagne pas en profondeur.

Surtout, beaucoup d'auteurs ont tendance à en faire trop et à en perdre toute vraisemblance pour la suite du récit. Si vous avez été victime d'un viol collectif à 16 ans, vous n'allez pas sauter dans le lit du Prince Charmant une semaine après l'avoir rencontré. C'est particulièrement vrai si en plus, vous vivez dans une société machiste et votre Prince Charmant est un parfait butor, tel qu'on en trouve à la pelle dans les romances. De même, si vous avez été victime de tortures, ou que vous avez passé 10 ans dans un camps de concentration quelconque, vous ne vous réadapterez pas d'un coup à la vie "civile", sans parler de séquelles physiques. Bref, si vous voulez coller certaines situations dans le passé de vos persos, il va falloir se renseigner et leur donner un comportement crédible par la suite. Malheureusement, ce comportement peut aller à l'encontre de votre intrigue. Malgré l'adage "ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort", bon nombre de gens victimes de ce genre d'épreuve en ressortent fragilisés, voire mûrs pour tomber sous la coupe d'une secte quelconque. Pour en ressentir plus fort, il faut avoir un caractère réellement héroïque!

Au contraire, pour ceux qui mettent de la romance dans leur fantasy, il n'est pas rare que le traumatisme choisi soit une "simple" rupture amoureuse. N'en faites pas trop non plus: tout le monde en a eu des ruptures amoureuses. C'est désagréable, mais c'est la vie! Surtout, si c'est le seul problème que votre héroïne a jamais eu dans l'existence, elle va passer pour une petite chose fragile et immature... De plus, si son ex est un dragueur notoire et l'a trompée, vous risquez de la faire passer pour une cruche. Dur après d'expliquer qu'elle est de taille à sauver le monde, sans un long travail sur elle-même...

Certes, on connait tous des gens normalement intelligents, mais désespérément stupides quand il s'agit de relations amoureuses. Un tel personnage peut être intéressant à développer, à condition que vous montriez qu'il existe réellement une contradiction entre son intelligence habituelle et son comportement amoureux. Cela implique que votre perso doit faire la preuve éclatante de son intelligence quelque part!

Surtout, les ruptures les plus traumatisantes sont habituellement celles qui surviennent après des années de vie commune, pas 6 mois d'une relation passionnée, malgré tout ce qui les poètes ont pu écrire dessus. Demandez à n'importe quel avocat spécialisé dans le divorce!

Perso, j'ai choisi un passé que des millions de personnes ont vécu, mais qui ne les a pas forcément affectées de façon visible. Constance, l'héroïne de "La Machine de Léandre" est née dans un milieu très pauvre. Elle a été orpheline de mère à cinq ans, de père à quatorze, a quitté clandestinement l'état policier où elle vivait pour se retrouver une immigrée méprisée dans le pays voisin. Ça vous forge un caractère! Du coup, adulte, elle se débrouille vraiment toute seule et montre un profond scepticisme envers les idées toutes faites. Celà lui permet de faire des recherches novatrices aussi bien que de prendre en sympathie les créatures appelées "démons". D'un autre coté, elle a une aversion presque viscérale pour tout ce qui ressemble à un policier et en général, elle garde un petit coté parano. Elle a beaucoup de mal à se faire des amis, non seulement parce qu'elle détonne sur son entourage comme "immigrée" et comme "femme faisant un métier d'homme", mais aussi parce qu'elle est plus traumatisée qu'elle ne veut l'admettre et a tendance à vivre repliée sur soi. Comme beaucoup de gens dans sa situation, elle est très réticente à parler de son passé: "Les grandes douleurs sont muettes"!

Le passé que vous aller donner à votre héros va lourdement peser sur son caractère. De plus, tout le monde ne réagit pas de la même façon à une même situation. Ma Constance aurait pu se retrouver en prostituée alcoolique et toxicomane! Ou alors en mère de famille hyperconformiste, niant son passé et son don spécial. Simplement, dans ces deux derniers cas, il aurait été beaucoup plus difficile d'en faire une héroïne de fantasy! Encore une fois, regardez autour de vous pour voir comment les vraies gens réagissent à diverses situations. Quoi, vous n'avez personne qui ait vécu un événement aussi traumatisant autour de vous? Vous êtes sûr? Il n'y a vraiment aucune femme battue dans votre immeuble ou votre pâté de maisons? Et votre voisin alcoolique, il l'est devenu comment? L'Africain invisible qui fait le ménage le soir, dans votre bureau, il n'aurait pas vécu un périple digne d’Ulysse pour en arriver là?

Surtout, pourquoi avez-vous besoin d'un héros au passé compliqué? Est-ce pour le "rendre intéressant" ou le faire réagir d'une certaine façon au cours de votre récit? Dans le premier cas, les réactions de votre héros sont-elles vraiment crédibles? Un homme qui s'est fait escroquer de multiples fois va-t-il croire sur parole un vieux sorcier à barbe blanche? Bref, est-ce que vous ne vous compliquez pas l'existence avec votre protagoniste traumatisé?

Enfin, pensez au temps écoulé entre les événements traumatiques et votre histoire. Le héros a-t-il eu le temps de "digérer" et de passer à autre chose? Ressasse-t-il toujours le passé? Pensez aussi à l'âge auquel le héros a vécu ces événements: était-il un adulte? Un enfant? Un ado? Quel enseignement a-t-il tiré de l'expérience? Bref, plus vous donnez un passé complexe à vos persos et plus vous aurez du travail...

Encore une fois, la fantasy est peut-être un univers imaginaire, mais quand il s'agit de caractériser des humains, il vaut mieux rester réaliste. Vous pouvez écrire ce que vous voulez sur les fées et les elfes. D'ailleurs, dans la vraie vie, la réalité dépasse le plus souvent la fiction. Mais ce sera pour une autre fois.

Écrire commentaire

Commentaires : 0