Les Symboles en fantasy 2

Ernest Bieler, L'eau mystèrieuse
Ernest Bieler, L'eau mystèrieuse

Les romans de Fantasy se réclament habituellement des contes et des légendes. Ces deux types de récit ont toujours été truffés de symboles, à commencer par la quête du héros! Les auteurs modernes, nourris de livres ou de cinéma ont, eux, beaucoup plus de mal à le manier. Comme je l'ai déjà dit ici, il n'y a rien de plus insaisissable qu'un symbole. Difficile d'écrire un mode d'emploi!

Cependant, le symbole est un outil puissant, qui parle aux lecteurs de manière inconsciente. Pourquoi croyez-vous qu'on en utilise autant dans les publicités, les slogans, les discours politiques etc… et ce, depuis la plus profonde antiquité (et à tort et à travers, aussi…)? Le soleil et le feu, n'ont-t-ils pas été symboles de lumière, partout et de tout temps?

Attention, un symbole n'est pas un stéréotype! Comme beaucoup de choses dans la vie, la pluparts des symboles ont un coté positif et un coté négatif sur lesquels vous pouvez jouer. Alors quelques exemples.

 

Les lieux:

- lieux élevés, tours, montagnes qui permettent de dominer le monde, mais aussi tomber de haut…

- souterrains: lieux cachés, ventre maternel, mais aussi zone claustrophobe étouffante, sans lumière, mort, enfers et, en combinant les deux: zone de renaissance.

 

Les objets:

- livre

- bague

- épée

- coupe

- couronne

Attention, ces objets ayant déjà été lourdement utilisés, sont à la limite du cliché en High Fantasy. Alors votre roman doit être par ailleurs brillant ou original, pour que le lecteur vous suive dans votre récit (oui, je sais, c'est la fille qui parsème ses romans de vieux grimoires qui dit ça!).  Sinon, essayez soit de trouver quelque chose de plus original (genre une lampe en cuivre avec un génie), soit de trouver un usage original à un vieil objet (genre une épée qui ne peut pas tuer car un sorcier pacifiste lui a jeté un sort).

L'un des symboles le plus fréquents dans un roman de Fantasy est sans doute le MacGuffin. Kézako? Le terme vient du cinéma. Voici la définition Wikipédia:

Le MacGuffin est un prétexte au développement d'un scénario. C'est presque toujours un objet matériel et il est généralement mystérieux, sa description est vague et sans importance. Le principe date des débuts du cinéma mais l'expression est associée à Alfred Hitchcock, qui l'a redéfinie, popularisée et mise en pratique dans plusieurs de ses films. Pour Yves Lavandier (dans La Dramaturgie), le MacGuffin n'est pas toujours un objet, il peut aussi s'agir d'un secret qui motive les méchants (mais pas nécessairement le protagoniste) et qui est de peu d'intérêt pour le spectateur, car celui-ci ne doute pas que les méchants ont d'excellentes raisons de mettre le protagoniste dans l'embarras.

Ainsi, dans un roman de Fantasy, le Mac Guffin est généralement l'objet de la quête ou l'enjeu de l'histoire. Il peut être concret (une épée, un anneau, l'Epice dans Dune…) ou abstrait (liberté, justice, connaissance…)

 

Les personnages:

- le vieillard barbu, plus rarement la vielle femme qui fait office de mentor

- la princesse

- le prince obscur

Encore une fois, évitez les clichés! Perso, dans Skinwalkers, si mon mentor est la Fée Morgane, une druidesse qui a plus d'un millénaire au compteur, elle a l'aspect d'une quinquagénaire (et 50 ans, à l'époque des Celtes, c'était vieux!), fume comme un sapeur-pompier et est une militante écolo et altermondialiste.

L'autre symbole puissant est tout simplement le héros. Ne représente-t-il pas l'être humain face à tous ses problèmes ou un des aspects de la condition humaine?

Naturellement, si votre personnage principal se trouve être un vampire/métamorphe/sorcier/ange/démon etc… c'est le moment rêvé pour savoir ce qu'il représente au juste! Pour certains, c'est impossible d'y échapper: comment fait-il pour manger, votre vampire? Et si votre beau ténébreux est un loup-garou, quel genre de loup imaginez-vous? Celui du petit Chaperon Rouge? Un animal violent sans cervelle? Un jeune cadre ambitieux dont les dents rayent le parquet?

Le choix est vaste!

 

Les situations et les actions:

- naissance, mort

- bataille

- rencontre

- fête

- baiser

Enfin toute votre histoire raconte souvent le "parcours du héros". A quelle sauce symbolique allez-vous la mettre? Quel est le but ultime? Passage à l'age adulte, comme pour Luke Skywalker? Rédemption comme pour son père, Anakin?

 

On trouve dans les romans des symboles personnels à l'auteur, mais puissants par l'usage qu'il en fait: un exemple est le désert dans Dune de Franck Herbert: un endroit sans eau, empli de pièges mortels, mais un refuge pour le héros, où il est libre et trouve la force d'affronter ses adversaires. Si vous allez plus loin, outre les références évidente à l'Arabie et L'Islam, vous pouvez penser au Christ au désert, une référence sans doute plus claire pour un lecteur des années 1960 que pour un lecteur moderne.

 

Enfin, il ne faut pas oublier qu'un symbole peut représenter à la fois une chose positive et une chose négative. Exemples typiques: la femme peut représenter l'amour, mais aussi le danger ou le mal! Le feu représente aussi bien la chaleur et la protection, que la douleur et la destruction. L'eau représente aussi bien la vie que la noyade et la mort. Et vous, de quel coté du symbole pencherez-vous?

Et si vous jouez sur cette ambivalence, justement?

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Escrocgriffe (dimanche, 19 mars 2017 11:12)

    J'adore ton épée qui ne peut pas tuer ^^ sans parler de ta druidesse ;)

    Que de sages conseils ! Ce n'est jamais évident de réinventer des symboles. Dans mes bouquins il y a une arme de destruction massive, la... grenouille. J'aime bien l'idée que des symboles a priori mignons puissent devenir terrifiants, c'était d'ailleurs le cas du lapin dans un film que j'adore : Donnie Darko.

  • #2

    Alex Evans (dimanche, 19 mars 2017 21:59)

    Je crois que j'ai lu l'histoire de l'épée dans un volume du recueil "Sword and Sorceress" des années 1990. Et je m'en rappelle encore, car j'avais trouvé l'idée terriblement originale!

    Il va falloir que je m’intéresse aux chatons et aux pandas...

  • #3

    Escrocgriffe (lundi, 20 mars 2017 12:01)

    Hahahaha ^^