L'univers de Sorcières associées: les saris

Oui, Padmé et ses saris aux plis soigneusement repassés. Mais savez-vous que le sari et le dhoti indiens/sri-lankais, avec la toge romaine, le kilt écossais et le kente et apparentés d'Afrique de l'Ouest, font partie d'une vénérable famille de vêtements dont l'origine remonte au Néolithique?

 

 

Ils ont tous une particularité: ce sont  des pièces de tissu sans couture, d'environs 1m de large et 6m de long (le kilt écossais a été coupé en deux parties, la jupe et le manteau, puis cousu à la fin du 18ème siècle). Pourquoi? Parce qu'ils servaient à la fois de vêtements dans la journée et de drap/couverture la nuit. La journée, ils étaient drapés/épinglés/attachés autour de leur propriétaire et la nuit, on étendait 2m sur le sol, pour servir de "drap", les 4m suivants, encore pliés en 2 servant de couverture. Ne soyez donc pas surpris si le linceul dont on entourait les morts suivait le même principe.  Un autre aspect pratique était que le même vêtement pouvait être porté par différents membres d'une même famille sans distinction de taille ou d'état (grossesse ou non). Quand un pan était laissé libre (le pallu pour le sari), il pouvait se draper autour des épaules par temps froid ou se relever sur la tête en temps de pluie. Il servait éventuellement de balluchon ou de porte-bébé (je soupçonne qu'il servait aussi de serviette: dans certains films de Bollywood, on voit les enfants s'essuyer les mains à celui de leur maman).

 

 

À cela se sont associées diverses croyances en Inde: les vêtements cousus (et donc les nœuds) portaient malheurs. Le nombril, centre de la personne, devait pouvoir "respirer" etc…

 

 

Si le principe du sari est le même (une pièce de tissu de 6 yards sur 1), les variations venaient du matériau, du type de décoration et du motif qui eux, changeaient à l'infini. Ensuite, contrairement à ce qu'on croit souvent en Occident, la façon de draper le sari a varié au cours des siècles, selon les régions, le tissu utilisé (c'est beaucoup plus dur de draper étroitement un sari raide en brocart qu'en coton) et de l'activité de sa propriétaire: on ne porte pas un sari de la même façon pour aller travailler aux champs que pour une grande cérémonie.  Quelques exemples ici:

 

 

https://www.craftsvilla.com/blog/traditional-saree-draping-styles-from-different-regions-of-india/

 

https://www.storypick.com/the-beauty-of-cloth/

https://artsandculture.google.com/theme/ewIi5LK9aiamJA

 

 

Enfin, de nos jours, une femme peut choisir d'utiliser tel ou tel style de draperie pour mettre en valeur ou au contraire cacher une partie de sa silhouette…  Celles qui jugent leurs fesses trop grosses laissent pendre le pan libre (le pallu) derrière pour tenter de les dissimuler. On peut aussi l'arranger artistiquement pour mettre en valeur un décolleté!  Ajoutez à ça la mode, grandement influencée par le cinéma et vous comprendrez que les indiennes ne trouvent rien de monotone aux saris.

 

 

Suivant les époques et les régions, d'autres vêtements ont été portés avec.

 

- Le choli qui, toujours suivant les époques et les régions évolue entre la petite brassière sexy qu'on voit dans les films de Bollywood et une épaisse chemise (ben oui, il y a des coins où il fait froid!). À noter que le choli n'était pas nécessairement porté avec un sari: il pouvait l'être avec une jupe!

 

- Un jupon empesé pour donner un effet spectaculaire au drapé du sari.

 

- On a même porté des pantalons en dessous!

 

- Enfin, les accessoires: ceintures, broches, fibules, etc...

 

 

De nos jours, le sari tend à disparaitre au profit du shalwar kameez (ensemble chemise/pantalon traditionnel) dans la vie quotidienne. Ce dernier est plus pratique pour enfourcher une bicyclette ou une mobylette, sans compter que les femmes en sari (un vêtement pourtant ultra-respectable et conservateur) attirent particulièrement les mains baladeuses dans les transports en communs. Du coup, le sari tend à être réservé aux occasions formelles, un peu comme le costume-cravate en Occident. Dommage, il fait classe, non?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0