Ecrire des scènes de combat en Fantasy: quelques aspects

Cet article fait suite à:

Les scènes de combat en fantasy: introduction et Les scènes de combat en fantasy: travail préparatoire

D’abord, quelques problèmes délicats :

1- Les grands discours :

C’est un peu déplacé. Vous avez déjà vu les gens causer dans une bagarre ? Encore moins écouter ce qu’on leur dit et répondre de façon adaptée ? s'il s'agit de soldats, leur chef va leur donner des ordres brefs. On peut aussi avoir des insultes rituelles au début, ou si les protagonistes se tournent autour et essayent de se déstabiliser mutuellement, mais à part ça, le dialogue sera limité aux jurons et onomatopées.

Vos personnages ne vont pas non plus s’arrêter pour commenter leurs blessures, sinon ils sont morts !

Rappelez-vous que la plus grande partie de la communication entre humains est non verbale, à fortiori lors de scènes à fort niveau émotionnel. Décrivez plutôt les mimiques et l’attitude de vos combattants.

2- Les grandes pensées :

Votre héros, ne va pas penser à sa liste de courses, ni à un souvenir marquant, ni revoir sa vie en flash-back, façon Hollywood. S’il le fait, c’est un homme mort. Par contre, s’il a gardé assez de sang-froid, il va penser à des choses en rapport avec le combat : son adversaire a un lacet défait, une stratégie pour attirer le méchant contre le bord de la corniche, comment s’enfuir par cette petite porte cachée dont personne ne connait l’existence…

3- La durée des combats : si vous lisez les blogs US, ils ne devraient pas dépasser 2-3 minutes, car un humain normal n’aurait pas l’endurance de combattre plus longtemps. C’est vrai pour les individus modernes. J’ai comme dans l’idée que même un chevalier du 12ème siècle un peu faiblard devait avoir plus d’endurance que ça. D’ailleurs, les batailles du Moyen-Age duraient quand même quelques heures. Certes, ils ne combattaient pas tout le temps, mais ça vous donne une idée. Idem pour les duels judiciaires et "jugements de Dieu" qui pouvaient traîner un peu. Donc, vous pouvez faire un peu plus long, mais n’ennuyez pas le lecteur, surtout si vous êtes réellement un expert en escrime ! A ce propos, un combat à l’épée, avec ses séquences attaque/parade/riposte est plutôt monotone : il faut l’épicer un peu.

4- Combat à main nue versus combat avec des armes : en général, les bagarres physiques sont décrites avec plus de détails, car elles sont habituellement plus courtes, sauf si vous faites dans le style manga. Aussi, dans les combats avec armes, la tendance est-elle à décrire en détail le début et la fin ainsi que les séquences importantes (l’un des adversaires est blessé par exemple), mais pour le reste, on donne plutôt l’évolution générale : qui semble avoir le dessus ? Les adversaires se déplacent-ils ? L’un apparait-il beaucoup plus rapide ou fort que l’autre ? Y a-t-il des éléments extérieurs ? Utilisent-ils seulement leurs épées ? Que se passe-t-il dans leur tête ?

Le style :

Les consensus est d’avoir des phrases courtes, des verbes d’action, des verbes à la forme active plutôt que passive. Allonger les phrases quand on veut ralentir le rythme.

La narration :

Il faut trouver un équilibre subtil entre la description des gestes et des émotions.

Dans les romans modernes le traitement des scènes est fortement inspiré du cinéma : gros plan sur le visage du héros, travelling pour suivre les combattants… Il y a même des ralentis, lorsque les phrases s’allongent, justement et parfois, la caméra (pardon, le narrateur) se fixe sur un élément totalement extérieur au combat, histoire de casser la monotonie : le visage de la princesse qui tremble pour son héros, l’empereur qui mange un pop corn en étouffant un bâillement au-dessus de l’arène, un monstre affamé qui se tapit dans l’ombre prêt à manger tous les combattants…

Si la description est surtout visuelle, n’oubliez pas les autres sens, surtout si vous écrivez d’un point de vue interne à l’un des personnages (bruits, perception des coups, odeur, gout du sang dans la bouche etc…)

Les « accessoires » :

1- Le cheval : après nombre de chutes lorsque j’étais ado, je peux vous garantir que cet animal n’est pas une chaise ! De plus, dans une ambiance de combat, avec bruit, voire coups, il risque fortement de paniquer. Bref, si votre héros est sur un cheval, vous avez inclus un personnage de plus dans votre scène. Si c’est un cheval de guerre entrainé, ou mieux, un cheval magique, il pourra encaisser une ou deux choses. Sinon, avez-vous vraiment besoin d’un cheval dans ce combat ? Vérifiez aussi que votre héros est assez bon cavalier pour ne pas être désarçonné et contrôler sa monture.

- Un animal fantastique : encore plus difficile ! Vérifiez bien que vous avez une idée précise de ses taille, poids, anatomie, force, vitesse et façon de bouger.

- Idem si vous avez à mettre en scène un humanoïde fantastique du genre géant ou elfe.

Quelques sites :

Spécifiquement sur les combats à l'épée: http://www.martinturner.org.uk/

Liste de ressources: http://writeworld.tumblr.com/FightScene

Une discussion intéressante avec des références: http://absolutewrite.com/forums/showthread.php?t=181641


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Diego (mardi, 13 juin 2017 17:11)

    Pour continuer a peaufiner son experience du maniement de l'épée:
    The Sword Experience, avec Adrian Paul (Highlander) fera 2 étapes en France cet été dans le cadre de leur tournée mondiale.

    www.theswordexperience.com
    26 Juillet - Grandes Écuries du Château de Chantilly
    30 Juillet - Château d'Amboise

  • #2

    Alex Evans (mercredi, 14 juin 2017 16:08)

    Merci de l'info!