Les Grand-parents de la Fantasy

ER Burroughs (1875-1950), A Merritt (1884-1943), RE Howard (1906-1936), F Leiber (1906-1992), J Vance (1916-2013), Leigh Brackett (1915-1978) et CL Moore (1911-1987)

Et accessoirement J London (1876-1916)

Vous noterez qu’ils ne sont pas tous de la même génération. Ce qui les rassemble, c’est la façon de traiter leur sujet. A l’exception de Howard et Leiber, ils n’ont jamais été qualifiés d’écrivains de fantasy de leur temps. En effet, l’action de leurs romans se situe généralement sur une autre planète (Mars, Vénus…), dans une autre dimension ou un lointain futur et était conforme à la pensée scientifique de l’époque, tout au moins pour ce qu’en savait le grand public. Certains ont aussi écrit de l'horreur ou du fantastique.

J London a écrit le Talon de Fer (qu’on qualifierait aujourd’hui de dystopie et étonnament moderne, avec ça), mais c’est surtout son roman d’aventures, le Vagabond des Etoiles où un homme revit ses précédentes réincarnations qui a influencé le genre, en particulier RE Howard.

Au début du siècle dernier, l’épicentre de la littérature populaire se déplace de l’autre coté de l’Atlantique. C’est l’âge des pulps. Vendus environs 10cts (environ 2,5 dollars modernes), ils offrent l’évasion dans diverses catégories (western, policier, SF, horreur, romance…). L’illustration de la couverture devient un élément de vente incontournable.

Contrairement aux Morris et Dunsany qui ont un job et pour qui l’écriture est un hobby, ces nouveaux auteurs sont des écrivains professionnels pour la plupart. Certains n’écrivent pas que des romans : Merritt était journaliste et Brackett était également célèbre comme scénariste (« Rio Bravo », « Le grand sommeil », certains disent même « L’empire contre-attaque »). Ils recherchent l’écriture « efficace », une construction au carré, des récits clairs.

Les thèmes abordés ont un coté « prolétaire » et concret totalement opposé à ceux des Morris et Dunsany qui s’apparentaient encore beaucoup au conte. Il y a une large inspiration d’autres genres : western, aventure, histoires de marin (genre oublié de nos jours), puis plus tard, policier, SF, fantastique, historique, BD, cinéma… et vice-versa.

- L’univers devient très concret. Il se retrouve rempli de détails de la vie quotidienne, on décrit une société, comme la cité de Newhon de Leiber ou le MArs de Brackett.

- La quête se retrouve jalonnée de multiples rebondissements comme dans le western ou le roman d’aventure

- Les héros ne sont pas de noble naissance pour la plupart, voire sont des exclus de leur société. L’homme sans nom ou sans étoile pointe le bout de son nez, comme dans le western. Ils ont un sens pratique très développé, ce sont des durs à cuire. Ils sont au moins autant en quête de leur propres intérêts que du bien commun. Les nobles quêtes deviennent plus concrètes. Ils sont souvent forcés de la réaliser à leur corps défendant. Leur psychologie s’épaissit : les oppositions et les conflits d’intérêt, les dilemmes commencent à faire leur apparition. Leur sens de l’étiquette et de l’honneur est basique. Pire, ils ont leur code d’honneur perso, qui n’a rien à voir avec celui de la société où ils évoluent. Même les méchants et les héroïnes gagnent en épaisseur. On sent venir l’idée de l’antihéros (Fafrd et le Souricier Gris) et du méchant pas si méchant, à la réfléxion (Ciaran dans le Peuple du talisman).

- Les nobles, les rois, voire les sorciers sont présentés comme des êtres humains normaux, avec leurs émotions et leurs problèmes, les rois en particulier, brillent souvent par leur incompétence et leur bassesse.

Contrairement au western, par exemple, la fantasy n’est pas encore concurrencée par le cinéma. Aussi, les auteurs ont tendance à insister sur le coté visuel de leurs histoires, créant de fabuleux mondes imaginaires, des héroïnes peu vêtues et des monstres hauts en couleur.

Cela leur permit de développer des styles particulièrement distinctifs, comme Leiber avec des descriptions chargées, et comiques, presque comme une parodie de Dunsany. Howard et Brackett, eux, ont un style épique.

Une mention spéciale pour ER Burroughs :

En France, il est surtout connu pour avoir écrit Tarzan, une série de romans totalement surannés pour un lecteur moderne. Par contre, il a écrit la série des aventures de John Carter sur la planète Mars (oui, celle qui a été adaptée par Disney). C’est vieillot et en style et en intrigue, mais c’est le prototype du roman de fantasy et de space-opera jusqu’à Star Wars et ses clones. C’est plein de rebondissements, de princesses peu vêtues (et pas trop tartes), de monstres, de technologie alien, de rebondissements… Bref, tous les futurs poncifs du genre.

Il exerça de nombreux métiers avant de se mettre à l'écriture. Il déclara par la suite que après avoir lu quelques pulps, il s'était dit que si des gens arrivaient à gagner de l'argent en écrivant aussi mal, il pouvait certainement faire autant et même mieux!

Nombre des œuvres de ces auteurs peuvent être trouvées sur Projet Gutenberg etc... en téléchargement libre.


Écrire commentaire

Commentaires : 0