Les Clichés cachés: les classes sociales

Peau d'âne de Jacques Demy
Peau d'âne de Jacques Demy

Voilà, votre héros est élevé par des paysans dans une société moyenâgeuse, puis découvre brutalement qu'il est fils de roi et doit sauver le monde en trouvant l'épée magique dont la cachette est mentionnée dans un passage abscons d'un mystérieux grimoire. Pas de problème, le vaillant jeune homme déchiffre le passage les doigts dans le nez et... STOP! Les paysans savent-ils lire, dans votre société moyenâgeuse? Vous ne vous êtes pas posé la question? Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul. Que ce soit chez Raymond Feist, Robert Jordan ou David Eddings, tous les pauvres savent lire et connaissent le monde loin au-delà de l'orée de leur village!

Bref, vos pauvres, c'est des pauvres du 21ème siècle, déguisés en paysans à l'ancienne. Les (bons) auteurs de dystopie le savent bien: l'un des fossés les plus pernicieux entre les riches et les pauvres, c'est l'accès à la connaissance, voire la façon de l'utiliser. Bref, votre héros élevé chez les paysans (les guerriers professionnels ne savaient pas lire non plus), va devoir se prendre une sacrée mise à niveau accélérée. Et pas seulement de lecture. Vous croyez que les paysans faisaient beaucoup de maths au Moyen-âge? Dans certaines régions d'Europe, faire des multiplications à trois chiffres relevait de la sorcellerie!

Pourquoi des maths? Essayez le petit exercice suivant: soit cinq personnes qui partent pour une quête qui doit durer six mois. Si chaque personne mange 500g de pain par jour et que un kilo de pain coûte 0,85 deniers, combien d'argent faut-il emporter? Si la moitié du voyage se fera en forêt et les voyageurs se nourriront de gibier, combien de flèches faudra-t-il prendre? Et il n'y a pas que les maths et l'orthographe: que sait le héros de l'histoire ou de la géographe de son pays?

Il en est de même pour votre héroïne, orpheline persécutée, voleuse/prostituée des bas-fonds: qui lui a appris à lire?

Dans le même ordre d'idée, si vous écrivez une dystopie, les classes opprimées y sauront-elles lire? Si oui, pourquoi? Rappelez-vous qu'il est bien plus simple de de dominer des analphabètes que des gens capables de déchiffrer un texte. Pensez à l'énergie (police politique, propagande...) qu'ont dû déployer les régimes communistes jusqu'à la chute du Mur de Berlin et comparez avec les dictatures du Tiers- Monde qui n'avaient besoin que d'une armée et parfois d'une police.

Une chose qui a son importance lorsqu'on écrit: plus vous avez d'instruction, plus vous avez de vocabulaire. Un riche ne s'exprimera pas comme un pauvre et pas seulement par snobisme: il connait simplement plus de mots! Par contre, il a des chances d'ignorer ceux qui se rapportent à l'agriculture ou à la misère... Du coup, si vous avez une paysanne-Cendrillon amoureuse d'un vrai prince, leur différence de classe sociale se sentira dans les dialogues. De même, votre princesse déguisée en paysanne devra faire attention à ne pas se trahir par sa façon de parler et d'utiliser ses connaissances!

De plus, si vous avez reçu l'éducation d'un prince, on vous a aussi enseigné le "management": organisation d'un royaume, stratégie militaire... Même si avoir des connaissances, ne signifie pas être capable de les appliquer! Enfin oui, au cours des siècles il y a eu de brillants autodidactes, mais justement, ils devaient bosser comme des fous pour acquérir les connaissances manquantes! Bref, votre héros sorti du ruisseau ne va rien recevoir sur un plateau!

Dernière chose que les auteurs oublient régulièrement: les langues! On trouve encore régulièrement des univers où tout le monde, du paysan analphabète au roi/mage/dictateur parle la même! C'est d'autant plus choquant quand vous imaginez une société conquise et colonisée par une autre: de l'Angleterre de Guillaume le Conquérant aux empires coloniaux du 19ème siècle, vous connaissez beaucoup d'exemples de ce genre?

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Celly (lundi, 29 mai 2017 12:02)

    D'excellentes remarques !
    Au niveau des langues je me suis déjà plusieurs fois posé la question en revanche c'est vrai que pour l'alphabétisation et le calcul je n'y avait pas réfléchis plus que cela

  • #2

    Alex Evans (mercredi, 31 mai 2017 15:14)

    Et oui! En France, l'enseignement pour tous n'existe que depuis Jules Ferry dans les années 1880! Quant au Moyen-âge, nombre de livres étaient écrits en latin, donc pour les lire il fallait non seulement être capable de déchiffrer les lettres, mais aussi connaître une autre langue!