À PROPOS DES COUVERTURES

Et voilà, le jour du choix de la couverture vient de me tomber sur la tête. J'ai due me renseigner en vitesse et exhumer de ma mémoire les quelques cours de composition que j'ai eu quand j'étais ado (qui a dit que les hobbies ne servaient à rien?).

Bien que ce choix appartienne à l'éditeur, c'est un élément que vous ne devez négliger à aucun prix.

Après quelques recherches, je vous livre le fruit de mes réflexions.

Il ne suffit pas que la couverture vous plaise. En fait, d'un point de vue strictement commercial, elle n'est pas là pour vous plaire, mais pour vendre votre roman. Aussi, vous devez la considérer avec les yeux d'un lecteur potentiel.

D'abord, pour les anglophones, quelques liens de discussion avec en prime, de belles images:

http://thebooksmugglers.com/2010/03/cover-matters-on-cliched-covers-in-fantasy.html

http://www.bbc.co.uk/news/magazine-21033708

http://www.jimchines.com/cover-posing/

Au passage, j'ai découvert plein de sites offrant des illustrations "clés en main" pour ceux qui se lancent dans l'autoédition:

http://ebookindiecovers.com/

http://thebookcoverdesigner.com/product-category/premade-book-covers/science-fiction-fantasy/

http://safariheatbooktoursandauthorservices.blogspot.fr/p/pre-made-covers-for-sale.html

L'aspect cliché des couvertures de romans de fantasy a fait couler beaucoup d'encre. N'est pas Frazetta qui veut! Pour celles des romans numériques, il n'y a pas encore de standards.

Encore une fois, une image qui vous plait ne fera pas forcément une bonne couverture pour votre roman. Est-ce que votre couverture attire le lecteur et reflète le récit de façon flatteuse ?

C’est là qu’il faut se renseigner un minimum sur la pub, l’art de l’affiche... L’image communique une idée, une émotion et… encore une fois, un symbole. Elle vous parle à un niveau presque inconscient (totalement inconscient, quand vous vous promenez sans réfléchir dans les rayons d'une librairie). Il ne faut pas la choisir au hasard.

Exemple: vous êtes dans une librairie et sur une couverture, vous voyez un très, très beau dragon: vous pensez que cette créature aura un rôle important dans l’histoire. Si vous n’aimez pas les dragons, vous passez votre chemin. Manque de bol, le dragon est un élément totalement mineur du récit. Bref, l'auteur n'a pas atteint son public.

Alors pensez à ce qu'évoqueraient:

- un elfe, un nain…

- une femme déshabillée ou aux courbes suggestives

- une femme en tenue romantique

La mode actuelle est aux couvertures un peu plus abstraites, alors une grande importance est donnée à la composition et aux objets et couleurs qui sont dessus. L'aspect symbolique joue à fond. Pensez par exemple au éléments suivants:

- une épée

- un château

- une rose

- un bijou

- une goutte de sang

La composition met-elle des objets/personnages en opposition? En dominance?

Enfin les couleurs: à quel genre de récit vous font penser les couleurs ou association de couleurs suivantes:

- rose

- mauve ou violet

- noir et rouge

- noir, blanc et vert glauque

Bref, attention à ne pas vous retrouver classés dans la mauvaise catégorie. Pensez sérieusement aux thèmes et à l'ambiance de votre roman (zut, encore des symboles). Ça parle de quoi?

Remarque: Je crains que tout ce qui évoque le sexe est à manier avec précaution. Oui, le sexe fait vendre, mais la question c'est: à qui? Votre roman s'adresse-t-il spécifiquement aux hommes ou aux femmes? Si votre couverture évoque une romance alors que votre roman, lui, ressemble plutôt à "Kushiel", allez-vous attirer les bons lecteurs?

De plus, évitez de mettre des objets qui ne sont pas facilement identifiables par le lecteur. Ce qui symbolise parfaitement votre roman, c'est peut-être une fibule grecque ou un masque d'Ombredanne, mais votre lecteur potentiel, les identifiera-t-il du premier coup d'oeuil, en passant?

Enfin, une chose m'a toujours frappée: "Le seigneur des anneaux" n'a quasiment jamais eu de couverture typique de fantasy. "Harry Potter" a eu pour couverture une image sobre, presque naïve. Les deux évoquaient une littérature "sérieuse", "blanche". Bref, à méditer.


Écrire commentaire

Commentaires : 0