Comment écrire un roman de fantasy mémorable?

Peter Pyw, Pixabay
Peter Pyw, Pixabay

À mon avis, il y a vraiment une recette pour écrire un roman de fantasy mémorable. Mais ne vous imaginez pas qu'elle est simple. Non, il ne faut pas partir en quête de la bave d'un crapaud éclos une nuit de pleine lune dans un étang non pollué, mais cela reste quand même difficile. 

 

Le roman de fantasy typique se compose de trois composants principaux et de deux composants accessoires. 

Les composants principaux sont assez évidents:

- Le décor

- Les personnages

- L'intrigue

 

Les composants accessoires sont:

- Le style

- Les thèmes

 

Dans les grands romans de fantasy (voire de SF), l'un, au moins de ces trois composants se distingue par son originalité. Attention, si votre roman a un aspect psychologique marqué, l'intrigue sera fortement liée à vos personnages!

 

Quelques exemples:

 

- Le Trône de fer: si les décors sont des plus classiques, les héros et l'intrigue, imprévisible et noire à souhait, sont des plus originaux.

 

- Les salauds-gentilhomme: ni les héros, ni les décors sont particulièrement originaux. L'originalité est dans l'intrigue, une adaptation de film de gangster au roman de fantasy.

 

- La série Conan le Barbare: ni les décors, ni les intrigues ne gagneront le prix de l'originalité. Par contre, le personnage principal, avec sa morale très personnelle, sort de l'ordinaire, surtout dans le contexte du pulp des années 30. Cerise sur le gâteau, un style très poétique.

 

- Harry Potter: rien d'original avec les persos, ou même l'intrigue, mais l'univers est mémorable.

 

- La série Disque Monde: des intrigues pas toujours originales, mais des persos souvent inhabituels en porte à faux sur les clichés et un univers délirant! Cerises sur le gâteau: des thèmes traités sur le ton de la satire et un style ironique avec beaucoup d'inventivité!

 

- Le Seigneur des anneaux: c'est un peu l'exception qui confirme la règle: rien n'est strictement original dans ce roman, sauf sa dimension épique: on a déjà vu des héros gentils, des mystérieux sorciers, des quêtes et le folklore européen et médiéval plein de fois et bien avant ce livre, mais pas dans de telles proportions! Cerise sur le gâteau: un style épique et large.

 

Et les thèmes, alors, me direz-vous? Vous êtes plein de bonnes intentions. Vous voulez écrire sur la discrimination, la pauvreté, l'écologie, l'oppression... Ben désolé, mais les gens ne lisent pas de la fantasy pour ça. S'ils veulent lire sur la pauvreté, la discrimination etc... Ils ouvrent le journal ou lisent un essai. Vous pouvez, bien sur écrire dessus, mais les lecteurs n'ouvriront pas votre livre pour cela, à moins que vous ne deveniez super célèbre! Écrivez un roman avec un monde original, une intrigue tordue, des persos originaux, des thèmes qui vous tiennent à cœur, mais sans un grand panneau devant qui dit: "ceci est un roman de fantasy qui parle de la faim dans le monde/discrimination/écologie"!

 

J'ajoute que si vos thèmes sont vraiment très avant-gardistes, vos lecteurs ne les verront simplement pas. Les thèmes écolos dans Dune (je sais, c'est de la SF) échappèrent à la majorité du lectorat des années 60- 70, mais ils adorèrent la planète exotique et les guerres de pouvoir. De la même façon, ils passèrent totalement à coté des les problèmes d'identité sexuelle soulevés dans La Main gauche de la nuit. À l'époque, on en était encore à inventer des aliens plus exotiques les uns que les autres. Alors un qui changeait de sexe...

 

Notez qu'aucun de ces deux romans ne fut présenté comme traitant de grands sujets sérieux. Les gens l'ont découvert à la fin de leur lecture... ou pas.

 

Quant au style, c'est vraiment la cerise sur le gâteau et un truc individuel assez difficile à définir. Si vous en avez un c'est bien. Mais ne cherchez pas à en acquérir un, ce sera artificiel.  Et bien sûr, des tonnes d'effets de style ne compensent pas l'absence de décors originaux, une intrigue faiblarde et des persos clichés.

 

Vous savez ce qui vous reste à faire!

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0