Sujet tabou en fantasy

Tabous en fantasy

 

Quoi, il y a un sujet tabou en fantasy ?

Peut-être pas tabou, mais il y a définitivement un sujet qui semble mettre la plupart des auteurs mal à l'aise quand on lit les romans des 25 dernières années : la religion. Avant, ce n'était pas un problème, mais avec le politiquement correct, puis le 11 Septembre, le sujet est définitivement devenu délicat.

Pourquoi mettre de la religion dans un roman de fantasy ? diront certains. On s'en passe très bien ! Même Anne Mac Caffrey l'a fait en son temps ! Seulement pouvez-vous imaginer une culture de type médiéval, aux connaissances limitées, sans religion ? Ce serait un bon sujet de philo !

Pire, si vous avez des nécromanciens, des vampires (évitez de leur mettre une phobie de l'eau bénite et du crucifix) et des fantômes, il va falloir expliquer ce qui se passe après la mort.  Si vous avez des devins, expliquez d'où leurs viennent leurs pouvoirs. Et en général, si dans votre monde il y a de la magie et des créatures surnaturelles, pourquoi pas des dieux ?

Enfin, si vous situez votre roman dans une vraie période historique, ou même alternative, il va falloir expliquer pourquoi la religion a disparu du tableau et que vos personnages n'y font jamais référence.

Perso, j'imaginerai bien un curé steampunk avec une croix à engrenages ou une chaudière d'eau bénite pour asperger les vampires de vapeur sous pression : ben oui, traditionnellement, c'étaient les prêtres qui étaient supposés faire les exorcismes, chasser les vampires, fantômes et autres démons.

Les personnages avec une religion dans la fantasy moderne, ont tendance à tomber dans trois types de catégories : les fanatiques stupides, les hypocrites et les gentils tenants d'un vague culte de la Mère Nature. Bref, encore des cliché.

Un autre est la religion monolithique qui oppresse le protagoniste qui doit fuir ou taper sur tout le monde. En général, on n'explique pas pourquoi elle est devenue ainsi. Quels sont ses concepts ? Pourquoi ? Dans la vraie vie, la meilleure façon de modifier une religion est bien en s'appuyant sur ses propres dogmes !

Le meilleur exemple me semble être "Mistborn" de Brandon Sanderson: une religion oppressive où une foultitude de gens sont occis dès le début. Que disent les esclaves? "J'espère qu'ils iront en enfer"? "Qu'ils se réincarneront en limace"? Ben non, ils ne disent rien. Sont-ils tentés de se suicider? Et ceux qui risquent leur vie, espèrent-ils ne pas rencontrer leur dieu après la mort?

 

Aussi, quand vous imaginez votre monde demandez-vous au minimum :

- Comment a-t-il été crée ?

- Y a-t-il réellement des dieux et ressemblent-ils à l'idée que s'en font les gens ? Sont-ils anthropomorphes ou totalement différents des humains ? Leurs pouvoirs ont-ils des limites ? Sont-ils "bons" ou "mauvais" ou "cela dépend" ?

- Si vous avez une religion, a-t-elle évolué avec le temps ? Y a-t-il beaucoup de dogmes ou très peu ? Sont-ils absolus ou relatifs ? Y a-t-il des incohérences au sein de la doctrine et comment sont-elles perçues ? Y a-t-il plusieurs versions ?

- Les religions expliquent-elles correctement la réalité ? ex : si votre monde est une planète qui tourne autour d'un soleil, le reconnaissent-elles ou serait-ce un choc majeur pour tout leur système ?

- Y a-t-il une opposition entre science et religion ? La religion peut-elle s'adapter et si oui, en combien de temps ? En général, rappelez-vous que les époques de grand changement étaient aussi les époques de grands changements religieux (pas toujours pour le mieux, mais il fallait s'adapter).

- Y a-t-il opposition ou incompatibilité entre certaines religions ? ex : une religion monothéiste qui ne reconnaît qu'une seule divinité à l'exclusion de toute autre et une autre qui accepte qu'il y ait plusieurs divinités, pas forcément recensées

- Que se passe-t-il après la mort ? Quel rapport la religion entretient-elle avec les défunts ?

 

- Quel est le poids de la religion dans la vie quotidienne ? Les gens ont-ils une interprétation religieuse de la malchance ? De la morale ? 

Écrire commentaire

Commentaires: 0